MA PRATIQUE de la psychologie et de la psychanalyse

Catherine Garnier, psychologue clinicienne et psychothérapeute à Meyzieu, pratique thérapeutique
Catherine Garnier, psychologue clinicienne et psychothérapeute à Meyzieu, pratique thérapeutique

Psychothérapie analytique

La formation de psychologue permet de bien comprendre l’organisation de la vie psychique et par conséquent de faire des diagnostics, c’est-à-dire comprendre là où les difficultés se trouvent. Comprendre est une première étape indispensable, soigner soit apporter du soulagement au patient étape essentielle c’est la Psychanalyse qui me l’a apporté.

La psychanalyse est une science humaine unique dans sa forme et difficile à appréhender pour qui ne l’a pas pratiqué. Je vous propose une explication simplifiée afin de comprendre ce qui va être mis « au travail par le patient ». La psychanalyse a pour effet entre autres  de remettre en scène les affects bloqués, lorsque ceux-ci ce sont cristallisés et n’ont pu s’élaborer. Les affects bloqués ce sont des éprouvés des émotions intenses et douloureux que nous ne sommes pas arrivés à insupporter. L’appareil psychique ayant pour mission de nous protéger il a mis de coté dans notre inconscient ces affects. Il a mobilisé « des défenses » tels que le déni, le refoulement, l’angoisse, etc. La psychanalyse « met au travail » « remet en scène » ces affects pour une mise en sens, qu’ils puissent s’inscrire dans la chaîne associative qui constitue l’histoire de chacun. C’est la compréhension du déroulé de notre histoire personnelle qui fait que nous savons qui nous sommes, ce que nous valons et ce que nous souhaitons pour nous. C’est donc à travers la psychanalyse que j’ai  pratiqué que j’ai acquis et élaboré l’outil d’analyse que j’utilise avec l’aide d’un superviseur lui-même Psychanalyste. Le dispositif analytique demande un cadre stable et particulier constitué par les différentes écoles de psychanalyse freudienne dont celle à laquelle  je me réfère.

La thérapie se déroule en face à face, la parole est laissée au patient (association libre) si la parole est  difficile il est nécessaire de la stimuler, d’aider le patient à une mise en mots.  Le patient doit se sentir accompagné et ne pas être confronté  à un sentiment de solitude insupportable ou d’incapacité dont il veut justement se départir.

La consultation psychologique pour enfants ou adolescents

Le cadre de travail est différent chez l’enfant ou l’adolescent. Chez eux, les défenses psychiques sont encore très souples. L’appareil psychique n’est habituellement pas « verrouillé » comme chez l’adulte.

Ainsi, chez l’enfant, le travail est le plus souvent beaucoup plus rapide. Car le plus laborieux est de faire tomber ou débloquer les défenses.